Merck

Biocapteurs et bio-imagerie

Timbres (patchs) cutanés dotés d'un mince biocapteur flexible à porter sur soi, sous forme de pansement ou de disque, pour les applications grand public et médicales.

La biodétection et la bio-imagerie facilitent l'étude, au niveau moléculaire, des processus biologiques et pathologiques dans les systèmes vivants. Un biocapteur est un dispositif qui sert à détecter la présence ou la concentration d'un analyte biologique, d'une structure biologique ou d'un micro-organisme. Les biocapteurs sont utilisés en bioélectronique, dans le contrôle agro-alimentaire et environnemental et dans les applications biomédicales pour détecter des pathogènes, des toxines alimentaires et des biomarqueurs de maladies.  

Les biocapteurs sont composés de trois éléments principaux : un élément de reconnaissance qui permet d'identifier l'analyte et qui produit un signal, un transducteur de signal, et un lecteur qui permet de mesurer et de quantifier le signal reçu. Les biorécepteurs comme les anticorps, les nucléotides, les enzymes ou les protéines, peuvent servir de molécules de reconnaissance qui se fixent au biomarqueur ou à l'analyte cible, ou qui interagissent avec lui. Les transducteurs de signal peuvent reposer sur différentes propriétés physicochimiques et générer, par exemple, un signal de sortie électrique, électrochimique, optique ou magnétique.

La bio-imagerie est une forme optique de la biodétection qui permet de créer des représentations visuelles non invasives des processus biologiques présents dans les cellules, les tissus et l'anatomie, pour un diagnostic et un traitement plus précis des maladies. 

Le diagnostic par imagerie dans les applications in vivo peut être posé par tomodensitométrie, rayons X, imagerie à résonance magnétique (IRM) et IRMf, ou tomographie par émission de positons (TEP). Les applications in vitro recourent souvent à la microscopie de fluorescence par excitation à deux photons de haute résolution, à la redistribution/recouvrement de fluorescence après photoblanchiment (FRAP, fluorescence recovery/redistribution after photobleaching), et au transfert d'énergie de fluorescence par résonance (FRET, fluorescence resonance energy transfer).

Pour de plus amples informations, lisez notre numéro de Material Matters™ dédié aux bio-essais et à la bio-imagerie.


Articles techniques apparentés

  • Professor Ebrahimi and Professor Robinson (Pennsylvania State University, USA) summarize recent advances in the synthesis of these 2D materials, resulting material properties, and related applications in biosensing of neurotransmitters, metabolites, proteins, nucleic acids, bacterial cells, and heavy metals.
  • Graphene is the building block for carbon nanomaterials with different dimensionalities.
  • Developed in the last several years, fluorescence quenching microscopy (FQM) has enabled rapid, inexpensive, and high-fidelity visualization of two-dimensional (2D) materials such as graphene-based sheets and MoS2.
  • We presents an article concerning the applications of high-purity single-walled nanotubes in electronic and biomedical fields.
  • Dextran is a polymer of anhydroglucose. It is composed of approximately 95% alpha-D-(1-6) linkages. The remaining a(1-3) linkages account for the branching of dextran. Conflicting data on the branch lengths implies that the average branch length is less than three glucose units. However, other methods indicate branches of greater than 50 glucose units exist.
  • Afficher tout (44)

Protocoles apparentés

Trouver d'autres articles et protocoles





Connectez-vous pour continuer

Pour continuer à lire, veuillez vous connecter à votre compte ou en créer un.

Vous n'avez pas de compte ?